Même les imbéciles…

Même les imbéciles…

… peuvent changer d’avis, la preuve !

Agité par l’envie irrépressible de raconter quelques âneries de mon crû, après avoir fustigé le gus, moi, qui avait fait la version précédente de mon site à cause des espaces réservés à quelques courts blablas, voilà que finalement je pique au jus du blog.

Enfin, blog, c’est un bien grand mot, pas de grandes leçons de vie en perspective ni de discussions acharnées sur tel ou tel bout de matos dont je ne pourrais pas m’empêcher de parler faute de jouer le jeu des commentaires. Bien sûr, ils n’auraient été qu’élogieux, voire dithyrambiques tant ma prose est passionnante, si, si, mais, quelques uns reconnaîtront le détournement de citation (indice, immense photographe, pas moi, feu le gus à qui je pique le bon mot), j’écris pour me faire plaisir et si ça plaît aux autres, tant pis…

L’idée est simple, quelque chose m’a tapé dans l’œil, la cervelle ou même les papilles et je trouverais égoïste de le garder pour moi, hop, possible que j’en touche deux mots ici. Si en revanche quelque chose me les hache menu, je bois un verre, j’oublie et on n’en parle pas.